Afssaps, n’importe quoi et amalgames dentaires

L’ASSOCIATION NON AU MERCURE DENTAIRE (Namd) Réfute :
le rapport officiel français (Afssaps 2005) sur les amalgames dentaires qui conclut à leur innocuité et recommande leur usage pour tous les français, y compris les femmes en âge de procréer et les enfants.
 
Publié dans afssaps | Laisser un commentaire

L’AFSSAPS se tait, comme d’habitude

Lien possible entre Telzir et infarctus du myocarde, selon GSK et Santé Canada. L’AFSSAPS se tait, comme d’habitude
Publié dans afssaps | Laisser un commentaire

Combines et motifs des conflits d’intérêts dans la santé – Dr Marc Girard

 

attention à marc Girard quand même !!

et surtout à ses expertises !!

C’est un escroc en la matière 
Publié dans afssaps | Laisser un commentaire

« instruments dociles « 

http://www.naturavox.fr/Les-antidepresseurs-rendent-ils-fous.html

L’Assemblée nationale et le Sénat ont enregistré en 2005 deux propositions de résolution tendant à la création d’une commission d’enquête sur la nature et la qualité des informations fournies par l’industrie pharmaceutique sur les médicaments. Cette commission d’enquête parlementaire avait pour dessein d’examiner les solutions et les réformes qui peuvent être apportées par le législateur sur la nature de ces informations afin d’améliorer la sécurité sanitaire en France.
Parmi l’exposé des motifs évoqués dans la proposition de résolution du Sénat, on pouvait lire :

• « La dissimulation par les laboratoires d’études négatives sur le médicament incriminé. Ainsi, la firme Bayer […] aurait délibérément voulu tromper les autorités sanitaires en minimisant les dangers constatés dès 1991 de la cerivastine, soit dix ans avant son retrait. Il est de même établi que les risques liés à la prise d’antidépresseurs étaient connus des laboratoires mais gardés secrets. »

• « […] Aucun organisme public indépendant n’est sollicité pour effectuer éventuellement une nouvelle expérimentation de contrôle ou une comparaison du nouveau médicament avec un traitement de référence. […] beaucoup d’essais [sont] mal conçus, biaisés, voire falsifiés. »

• « […] Les prescripteurs dont l’industrie pharmaceutique finance la formation médicale continue et la presse professionnelle, sont conditionnés par une information à sens unique. L’absence des agences sur ce terrain, combinée à l’inertie des autorités sanitaires rendent compte du fait que de nombreux médicaments, notamment les antidépresseurs (Observatoire National des Prescriptions, 1998) sont prescrits en dehors des indications préconisées par la commission de l’AMM. »

« […] En 2003, les ressources de l’AFSSAPS provenaient pour 83% de l’industrie pharmaceutique et pour seulement 6,4% de l’État. […] Comment dans ces conditions, s’étonne le Sénat, ne pas redouter que les agences ne soient devenues au fil des années les instruments dociles de ceux qui fournissent la majorité de leurs subsides alors qu’elles n’ont pas pour seule vocation de rendre un service aux industriels ? »

• « […] Même la Food and Drug Administration (FDA), pourtant régulièrement citée comme modèle, n’échappe pas à ce type d’interrogations : 18% de ses experts déclaraient en 2002 avoir ‘’subi des pressions pour approuver ou recommander l’approbation’’ d’un médicament ‘’en dépit de réserves concernant la sécurité, l’efficacité et la qualité du médicament’’. »

« […] Les experts de l’AFSSAPS […] sont rémunérés de fait par les laboratoires pour lesquels ils effectuent des prestations. »

• « […] Il est étrange que, devant ce qu’il convient bien d’appeler par son nom : une véritable épidémie d’effets secondaires dus aux médicaments, qui fait chaque année en France environ 18 000 morts et provoque 3% du nombre total des hospitalisations, rien de sérieux n’ait jamais été entrepris. »

• « La France est le pays au monde où la consommation de médicaments est la plus élevée mais nous ne possédons pas le moindre élément de leur impact réel sur la santé publique […]. Notre système national de pharmacovigilance est défaillant, l’épidémiologie d’évaluation est pratiquement inexistante […]. »
La proposition du Sénat concluait : « Les impératifs de santé publique nous imposent d’apporter une réponse claire à la question que tout le monde se pose : peut-on encore faire confiance aux agences qui ont pour mission d’évaluer la sécurité d’emploi, l’efficacité et la qualité des produits de santé ? »

A quand l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire sur la prétendue efficacité du "traitement" de la dépression par la psychiatrie et son arsenal de drogues dangereuses ?

Image : http://www.uquebec.ca/mag/mag2004_10/culture2004_10.html

Publié dans afssaps | Laisser un commentaire

afssaps, miracles et imcompétence

Le Vioxx, cet anti-inflammatoire prescrit dans l’arthrose aurait fait des dizaines de milliers de victimes aux États-Unis. Et en France ? Selon l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), notre pays aurait été miraculeusement épargné. Un peu comme quand le nuage de Tchernobyl s’est arrêté aux frontières…

Ce n’est pas sur France-Inter ou sur France 2 que les autorités sanitaires françaises sont accusées de lenteur ou d‘incompétence. C’est dans le Lancet, la revue médicale britannique, qui n’est pas forcément lu par vos voisins de palier. Dommage.

http://www.lanutrition.fr/Miracle-apr%C3%A8s-Tchernobyl-la-France-%C3%A9pargn%C3%A9e-par-le-Vioxx-a-707-142.html

 
 

"L’affaire du vioxx a eu aussi un énorme retentissement en France, ou le ministre de la santé lui avait rmis lui-même solannellement, au sénat, le "prix médical de l’année" en 2002, et lui avait accordé un niveau de prix cinq fois supérieur à celui des anti-inflamatoire courants. Une étude de l’Agence Française du médicament (par enquêtes téléphoniques) concluait en outre, seule au monde, en mai 2004, à l’absence de risques cardiaques des Coxibs."

extrait de

La vérité sur les compagnies pharmaceutiques : Comment elles nous trompent et comment les contrecarrer

 
rapellons que : "Le Vioxx, ou rofecoxib, c’est ce médicament anti-inflammatoire de l’arthrose et de l’arthrite que le laboratoire Merck a retiré du marché le 30 septembre 2004 pour cause d’infarctus et de morts subites en série."

et que "La FDA est responsable de 140000 crises cardiaques et 60000 morts Américains."

http://dangermedicaments.spaces.live.com/

Publié dans afssaps | Laisser un commentaire

Les médicamenteurs

 
"Les Médicamenteurs", enquête sur l’influence du lobby pharmaceutique et ses méthodes: marketing acharné, désinformation, conflits d’intérêts…
Publié dans afssaps | Laisser un commentaire

« Certains représentants de l’Etat sont corrompus »

 

A 77 ans, le Pr Philippe Even -qui préface le livre choc du Dr Sauveur Boukris Ces médicaments qui nous rendent malades– continue à mener, en franc-tireur, son combat pour une médecine et des experts indépendants de l’industrie pharmaceutique. L’ancien doyen de la faculté de Paris-V explique ce qui peut changer la donne.

Allez-vous prêcher dans le désert encore longtemps?

Je ne mène pas de croisade contre les laboratoires pharmaceutiques. Comme mes confrères, j’ai vécu dans l’innocence jusqu’à être nommé, en 1981, membre de la commission chargée d’autoriser les nouveaux médicaments. Et là, je suis tombé des nues. Dans cette instance, la décision se prend sur la base d’un dossier préparé par l’industriel. Personne d’autre, autour de la table, n’a d’expérience quant au médicament proposé. Pouvez-vous imaginer un procès dans lequel on donnerait seulement la parole à la défense? Au cours des sept années passées dans cette instance, j’ai découvert l’ampleur des mensonges de l’industrie pharmaceutique. Les représentants de l’Etat s’en accommodent. Certains, parce qu’ils sont naïfs, comme je l’étais moi-même. D’autres, parce qu’ils ont mis le doigt dans l’engrenage. D’autres encore, parce qu’ils sont corrompus.

Rien n’a changé depuis?

Je m’inquiète de voir le lobby de l’industrie, le Leem, recruter comme directeur général Philippe Lamoureux, l’ancien secrétaire général de l’Agence du médicament au ministère de la Santé. Ce haut fonctionnaire connaît tous les rouages de l’administration, tous ses décisionnaires. Il a été recruté précisément pour cette raison. Mais personne ne s’en émeut.

Et les initiatives de l’assurance-maladie?

Soyons sérieux. L’industrie pharmaceutique dispose, en France, d’une armée de 25 000 visiteurs médicaux pour sillonner les cabinets de ville. De jeunes et jolies filles, pour la plupart. Comment l’assurance-maladie peut-elle espérer les contrer en envoyant sur le terrain un maigre bataillon de 2500 médecins-conseils, de vieux messieurs fatigués qui n’ont pas mis les pieds hors de leur bureau depuis des années? La seule solution, c’est de supprimer les visiteurs médicaux.

Selon vous, les mensonges continuent?

Regardez le Tamiflu, ce médicament présenté comme le remède en cas de pandémie de grippe. Ces comprimés ne servent à rien s’ils ne sont pas pris dès les premiers symptômes. Certes, ils raccourcissent la durée de la maladie. Mais personne ne sait, au final, s’ils réduisent la mortalité! Le gouvernement vante pourtant leur efficacité, parce qu’il n’a pas d’autre parade.

D’où attendre le changement, alors?

Peut-être des Etats-Unis. Là-bas aussi, des médecins en exercice touchent de l’argent des firmes pharmaceutiques, pour être leur consultant, par exemple, ou pour tester un nouveau traitement auprès de leurs patients. Quand ces mêmes praticiens siègent dans des commissions soi-disant indépendantes pour évaluer l’intérêt de tel ou tel médicament, cela crée des conflits d’intérêts. Mais l’équivalent américain de notre Académie de médecine, l’Institute of Medicine, vient de proposer une solution radicale. Il demande que les industriels de la santé communiquent la liste nominative des médecins payés pour leurs collaborations, ponctuelles ou régulières, avec les montants correspondants. Voilà un vrai gage de transparence.

La France pourrait-elle suivre?

Je ne vois pas l’Académie de médecine ni le conseil de l’ordre défendre de telles exigences. Le changement viendra des patients. Les accidents causés par les médicaments leur font plus peur qu’avant. Ils ne s’en laissent plus conter.

Publié dans afssaps | Laisser un commentaire