les meilleures adresses internet critique de l’afssaps

« Car enfin, bien au-delà du Mediator, l’AFSSAPS a échoué partout. »
« la totale faillite de l’AFSSAPS, dont l’impéritie n’a eu d’égale que celle de l’EMA il est vrai plus éloignée du terrain. Faillite, le mot n’est pas trop fort, et faillite exemplaire, »
« l’AFSSAPS, en décrivant un monde clos, fermé sur lui-même, sans contact avec les instances professionnelles et universitaires médicales et pharmaceutiques et avec les praticiens, les pharmaciens d’officine et les patients, en insistant aussi sur la trop fréquente dépendance et sur le manque de qualification scientifique et clinique de beaucoup de ses trop nombreux (3.500, selon L. Banaiche) « experts » internes et externes, ainsi que sur leur mode de sélection, ce qui pose la question-clé de la définition de ce que doit ou devrait être un expert, avec l’idée qu’il vaut mieux peu d’experts indépendants, compétents, décisionnels et responsables, qu’une armée des ombres d’experts qui n’en sont pas et ne prennent de décisions que collectives, anonymes, peu motivées, mal diffusées et parfois sous influence. »
l’agence du médicament nous prend pour des demeurés
Toute l’histoire de nos autorités sanitaires n’est pas en mesure de nous rassurer ni de crédibiliser leurs dires; leur servilité envers les laboratoires est connue, et ce sont ces derniers qui fournissent une grande partie du budget des agences du médicament nationales et de celle européenne, à travers les taxes payées lors de l’autorisation de nouveaux médicaments (AMM). Ce qui explique aussi pourquoi ces agences homologuent à tout va des centaines de médicaments qui n’apportent rien ou presque, ne sont que des copies à peine modifiées d’anciennes molécules (médicaments « me too ») ou alors sont mal évalués quant à la balance bénéfices-risques. Pharmacritique en a parlé surtout dans cette note très détaillée critiquant les procédures d’AMM de l’AFSSAPS).
La commission d’autorisation de mise sur le marché, (AMM), organe de l’Afssaps, est chargée de proposer au directeur de l’Afssaps qu’un médicament soit autorisé, ou bien qu’il soit retiré du marché en cas d’alerte. Mediapart a enquêté sur les membres de la commission actuelle, qui a été renouvelée en partie en 2010. Verdict : sur 30 membres, 28 sont liés à des labos, alors qu’ils sont censés juger les médicaments en toute impartialité.
« Comment dans ces conditions, s’étonne le Sénat, ne pas redouter que les agences ne soient devenues au fil des années les instruments dociles de ceux qui fournissent la majorité de leurs subsides … ? »
Sur les 429 membres inscrits en 1999 aux différentes commissions d’experts de l’Afssaps, 334 déclaraient entretenir un lien direct ou indirect avec un laboratoire
AVANDIA® : 83.000 accidents cardiaques aux USA, une agence du médicament en coma dépassé, un plan orchestré pour intimider un expert récalcitrant, des médecins sous influence du marketing…bienvenue dans le monde de BIG PHARMA
la décision se prend sur la base d’un dossier préparé par l’industriel
Scandale d’État(s)
La France plus vigilante sur les plantes que sur le Vioxx
l’agence française de sécurité sanitaire (AFSSAPS), chargée de la pharmacovigilance et de l’information sur les risques des médicaments, n’a pas (encore?) jugé bon d’avertir les patients français et leurs médecins
Financée à environ 80% par l’industrie du médicament, elle fait appel à près de 2000 experts par an, la grande majorité travaillant pour les laboratoires privés.
la FDA est devenue la plus grande menace pour la santé et la sécurité du peuple américain et europeen
Comparée à l’Afssaps, la FDA est un modèle de transparence et d’efficacité en pharmacovigilance comme en matière d’information du public et des médecins
ut le travail des autorités de pharmacovigilance (Afssaps, HAS en France, EMEA en Europe) privilégie les intérêts des firmes pharmaceutiques
C’est une affirmation de l’igas. Sans mâcher ses mots, il dépeint la faillite d’un système. Celui qui consiste normalement à autoriser et rembourser des médicaments utiles et pas dangereux, à surveiller ses effets secondaires et à les retirer si besoin.
Plus de 99% des membres  experts travaillent ou ont travaillé pour des laboratoires…..
les firmes cachent les résultats négatifs des études et essais cliniques c’est l’un des multiples moyens de désinformation dont ils se servent
Non seulement tout cela n’est pas nouveau, mais les pouvoirs publics étaient alertés depuis longtemps. Pas plus tard qu’en 2007, l’IGAS avait déjà pondu un rapport complet, rapport déjà accablant pour l’AFFSAPS. Les mêmes collusions y étaient décrites. Petit rappel des faits : le 8 juin 2006, un rapport est remis au sénat par Marie-Thérèse Hermange et Anne-Marie Payet, au nom de la commission des affaires sociales (disponible ici). Ce rapport traite des conditions de mise sur le marché et de suivi des médicaments. Il affiche un objectif : restaurer la confiance. Ce rapport met déjà en lumière les lacunes de l’AFFSAPS et des agences dans la politique de mise sur le marché du médicament. Il dévoile le problème du financement de l’AFFSAPS par l’industrie pharmaceutique
Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s